Le traitement médical d’une femme noble d’Anjou du XVIIIe siècle : la marquise de Contades

Créateur

Contributeur

Hanafi, Nahema

Éditeur

Master 1 : Histoire, Civilisations, Patrimoine : Angers

Date

2020

A d'autres versions

Résumé

Les pratiques médicales du XVIIIe siècle sont exercées par des spécialistes tels que les médecins, qui reçoivent une formation universitaire, et les chirurgiens. Cependant, il est possible de trouver des traces de pratiques médicales dites profanes ou encore « laïques ». Ce sont des pratiques qui sont effectuées au sein du foyer domestique. De ce fait, nous retrouvons beaucoup de traces écrites provenant de femmes nobles qui s’occupent de la médicalisation de leur foyer. Néanmoins, les pratiques médicales sont réservées aux hommes mais les femmes profitent d’opportunités et de circonstances pour pouvoir l’exercer. Ainsi, les médecins effectuent des consultations, la plupart du temps, avec des patientes qui connaissent le sujet. C’est pourquoi, de nombreuses études tendent à démontrer une histoire des patients, et non plus uniquement, une histoire des patients vus au travers des diagnostiques de médecins. De plus, de nombreux travaux permettent de démontrer que les femmes du XVIIIe siècle ont un rôle, que ce soit dans leur foyer ou bien au sein de la société. L’Anjou au XVIIIe siècle permet d’étudier les pratiques médicales de la marquise de Contades. Cette dernière est, en effet, très peu connue contrairement à son époux. C’est pourquoi, il est intéressant de la mettre en avant au travers de l’étude des correspondances médicales qui lui sont dédiées. Ceci permet donc de démontrer qu’il ne s’agit pas d’une femme invisible et qu’elle joue son propre rôle sans son mari. Ainsi, nous pouvons questionner cette étude de plusieurs manières : de quelle manière cette marquise entre en contact avec les médecins ? S’inscrit-elle dans son temps ? Utilise-t-elle de nouvelles pratiques médicales ? Contacte-t-elle uniquement des médecins ?
Ces questions seront étudiées à l’aide des collections de manuscrits des archives de Maine-et-Loire et de la bibliothèque municipale d’Angers, soit des correspondances médicales relatant les maux et les pratiques de la marquise de Contades. Ce mémoire propose modestement de s’inscrire dans l’étude par en bas, soit le From Below de Roy Porter, tout en exhumant une histoire médicale de la marquise de Contades qui est une inconnue de l’Ancien Régime parmi tant d’autres.

Citation

Rodot, Manon , “Le traitement médical d’une femme noble d’Anjou du XVIIIe siècle : la marquise de Contades,” MemHOuest, consulté le 29 septembre 2022, https://memhouest.nakalona.fr/items/show/32220.